Chargement

Immobilier : Quels droits sur la vente pour le rachat de la part d’un concubin ?

Posté le : 12/03/2018

Le ministère de l'économie et des finances rappelle que « les divisions de biens détenus conjointement par des concubins sont soumises au régime des ventes ordinaires et taxées comme telles » : le rachat par l'un deux de la quote-part de propriété de l'autre (la moitié s'il s'agit d'une indivision dans laquelle chacun d'eux est propriétaire par moitié) donne lieu aux droits de mutation à titre onéreux (5,8 %). Tandis que la même opération, si elle intervient entre conjoints ou partenaires pacsés, relève du droit de partage de 2,50 % sur l'actif net partagé. « Cette différence de traitement est fondée sur une différence objective de situation et ne méconnaît pas le principe d'égalité devant la loi et devant les charges publiques ».

Autres articles

Prestation compensatoire : Comment alléger la fiscalité ?

Une proposition de loi prévoit d’alléger la fiscalité de la prestation compensatoire.

Lire la suite

Rupture et délégation de l’autorité parentale

Deux femmes se séparent. L’une d’elle, mère d’un enfant, sollicite en justice la suppression des droits d’autorité parentale qu’elle avait transférés à sa concubine durant leur union.

Lire la suite

Statu quo pour les familles recomposée

Le tarif des droits de succession applicable aux enfants de familles recomposées en cas de décès du nouveau conjoint de leur père ou de leur mère est lourd : il s'agit de celui des personnes non parentes (60 % du montant transmis après un abattement de 1 594 €).

Lire la suite

Comment se répartissent les charges lors d'une vente en viager ?

La vente en viager ne comprend pas de règles impératives répartissant les charges entre le crédirentier (vendeur) et le débirentier (acquéreur).

Lire la suite

Charges entre concubins

Deux concubins se séparent. Au début de leur union, ils avaient contracté, ensemble, un prêt immobilier afin de financer l’achat, en indivision, de leur logement familial.

Lire la suite

Le calcul des droits de succession de l'assurance-vie est constitutionnel

Le Conseil constitutionnel a, sans réserve, déclaré conforme à la Constitution l'article 757 B du Code général des impôts qui prévoit que, en matière d'assurance-vie, les sommes versées au décès de l'assuré à un bénéficiaire déterminé sont soumises aux droits de succession.

Lire la suite